Ma fugue dans les arbres – Alexandre Chardin

c3a9toile-3

couv59103297

Ma fugue dans les arbres est un roman d’Alexandre Chardin, paru aux éditions Magnard Jeunesse, en janvier 2019. Je tiens vivement à remercier les éditions Magnard Jeunesse pour l’envoi de ce service presse.

Résumé officiel :

L’anniversaire de ses onze ans restera longtemps pour Albertine à la fois le plus beau et le pire jour de sa vie.

Elle à qui son père a toujours interdit de grimper aux arbres décide d’installer dans le jardin une balançoire, à l’ombre du grand chêne. Elle va enfin pouvoir s’élancer vers le ciel, et sans vraiment désobéir ! Mais à peine accrochée, voilà la balançoire coupée, mise à terre par son père.

Furieuse, Albertine monte à la corde laissée pendue, enjambe la première grosse branche, s’élève encore plus haut… et annonce que plus jamais elle ne redescendra !

Un malicieux hommage au Baron perché d’Italo Calvino.

Mon avis :

Ce roman d’Alexandre Chardin est poétique. Tout est à la fois dans l’abstrait car il faut savoir déchiffrer entre les lignes, et dans le concret. Un savant mélange qui nous offre une belle aventure !

Il met en scène une petite fille de 11 ans qui vit dans une famille entièrement masculine, suite à la mort de sa maman lorsqu’elle état toute jeune. Une peinture du patriarcat que cette famille puisque son père refuse qu’elle porte un pantalon (pourtant on est au XXIe siècle, oui oui). Ce que j’ai aimé avec Albertine, c’est son esprit de révolte et par la même occasion, d’émancipation. Elle cherche à poser sa condition de femme, sa liberté, son indépendance tout en demandant à son père d’assumer son rôle de parent. Pour cela, elle ne trouve pas de meilleure excuse que de monter dans un arbre, réclamant son dû. Peut-être que je dérive et que l’auteur n’a pas vu aussi loin, mais c’est ce que j’ai ressenti en fermant ce livre…

Mais Albertine reste une petite fille de 11 ans qui veut être aimée et qui cherche des réponses à ses questions. Elle n’a pas de modèle féminin sur qui prendre exemple mais Nours, la nounou des deux enfants, me paraît remplir ce rôle à merveille. Tantôt mère, père, confident, nutritionniste aussi au grand dam des enfants, coach sportif… Il remplit toutes les fonctions possibles de parents modèles. Le frère et la sœur souffrent de l’absence de leur père, alors remplacé par Nours. Autant ne pas s’étonner qu’ils soient plus proches de lui que de ce père pudique, qui n’ose montrer ses sentiments, outre sa rancœur envers les arbres.

Parce que oui, il n’aime pas les arbres. Alors grand secret : pourquoi ? C’est aussi une question que se pose Albertine, qui tente de comprendre pourquoi son père qui paraît si invulnérable, redoute la nature et plus particulièrement la forêt ? Albertine, elle, n’en a pas peur ! Elle décide alors de se rebeller et de grimper le plus haut possible. Elle passe d’arbre en arbre, tel un chimpanzé plutôt bien équipé. Une scène m’a particulièrement interpellée : celle de la tempête. Albertine décrit avec précisions la violence du vent, mais on dirait également un ballet. Les arbres dansent les uns avec les autres, ils s’entraident et nous donnent une belle leçon d’humanité.

Albertine, c’est l’héroïne intrépide par excellence ! Elle n’a pas peur de dormir toute seule à la belle étoile, perchée en haut d’un arbre, elle combat ses ennemis mais sait aussi apprécier les petites choses de la vie. Albertine, c’est une petite fille qui souffre de la perte de sa maman, des secrets de famille et qui cherche à combler le vide dans son cœur. Mais Albertine, c’est aussi l’héroïne qui se bouge, qui réclame son dû, son pantalon et qui évolue au fil des pages. Son esprit rebelle s’atténue et laisse son père la découvrir, prendre sa place de père et lui ouvre un peu son cœur. Elle est aussi une sœur attendrissante mais qui sait remplir son rôle d’enquiquineuse quand il le faut.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié Ma fugue dans les arbres d’Alexandre Chardin. En même temps, on m’avait promis un hommage à Italo Calvino et son célèbre Baron perché : la mission est durement remplie ! Une très jolie découverte qui donne envie de lire d’autres romans de l’auteur.

Emeline

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s