Le château des étoiles vol. 1 et 2 – Alex Alice 

c3a9toile-4

Le premier volume de la bande-dessinée d’Alex Alice, Le château des étoiles est paru en 2015 et le deuxième en 2016, aux éditions Rue de Sèvres.

Résumé officiel :

1869. Au nom de Sa Majesté, la conquête des étoiles commence…

Et si la conquête des étoiles avait un siècle d’avance ?

1868. À bord de son ballon de haute altitude, la mère de Séraphin disparaît mystérieusement à la frontière de l’espace. Un an plus tard, une lettre anonyme révèle que son carnet de bord a été retrouvé… Séraphin et son père, échappant de justesse à un enlèvement, suivent la piste du carnet jusque dans les contreforts des Alpes. C’est là, à l’ombre d’un château de conte de fées, que le roi Ludwig de Bavière a entrepris la construction d’un engin spatial de cuivre et de bois qui s’apprête à changer le cours de l’Histoire.

Volume 1

C’est une œuvre qui traite de la conquête de l’espace et de l’Ethernet précisément. C’est une bande-dessinée d’aventure qui se veut mondiale ! L’auteur introduit le concept d’Éther de manière subtile et quelque peu délicat puisqu’à l’origine du décès de la mère de Séraphin, le protagoniste de l’histoire. En effet, sa mère tentait de prouver l’existence de l’Éther.

Alex Alice met en scène les premiers explorateurs du XIXème siècle et développe les enjeux politique et scientifique d’une telle découverte, à travers le regard d’un petit garçon qui tente de se remémorer et de se rapprocher de sa mère comme il peut. Enjeux politiques principalement avec la conquête de l’Allemagne pour concevoir un Empire Germanique. La guerre entre les prussiens et les allemands divise le pays et met l’action sur la scène historique.

La palette de couleurs est diversifiée voire un peu froide lorsque le château est mis en scène. Le roi et l’impératrice sont très beaux et jeux. On pourrait se poser la question de l’idéalisation car ils sont vus du point de vue d’un enfant. Est-il toujours objectif ? Surtout en ce qui concerne la représentation… Ludwig est un roi rêveur qui a la tête dans les étoiles et veut conquérir cet espace. Hans et Sophie sont très comiques. Ils se retrouvent souvent dans des situations cocasses surtout au début ce qui apporte une note humoristique à l’intrigue qui s’avère néanmoins sérieuse.

Alex Alice met en scène des personnages ingénieux et intrépides. L’action se veut rapide et la trame narrative intéressante. La relation entre Séraphin et son père nous montre que la monoparentalité n’est pas toujours facile mais que l’amour est un sentiment intense qui lie étroitement deux êtres…

Volume 2

Ce deuxième volume termine le premier cycle du Château des étoiles.

Les scènes dans l’espace nous font prendre conscience de l’importance de la découverte scientifique de l’Éther mais également de la Lune puisque les personnages s’y sont posés. Par ailleurs, ils établissent plusieurs théories la concernant : non, la Lune n’est pas un gruyère…

Dans ce volume deux personnages s’opposent. Le père de Séraphin avec sa rationalisation et son esprit scientifique et le roi Ludwig, le rêveur qui a la tête dans les étoiles et ne veut pas repartir sur Terre. On dirait que le père de Séraphin ne semble pas profiter de leur découverte. Il se méfie… Mais le dilemme est important. Faut-il laisser le roi sur la Lune ou le contraindre à repartir et à faire face à la situation de la Bavière ? Quant à Séraphin, il paraît naïf puisque toujours à la recherche sa mère et se fait des illusions qui sont exploitées par Ludwig à son profit…

L’enjeu est plus que symbolique. Quelle preuve apportée pour prouver l’existence de l’Éther et leur voyage ? Faut-il retourner en Bavière au risque que les plans de l’Étheronef soient divulgués aux ennemis ? Les personnages trouvent une solution pour le moins surprenante mais qui permet de contrer la montée en puissance de l’Empire Allemand. Ce deuxième volume s’ancre encore plus dans l’Histoire et cela est amené avec souplesse avec l’auteur Alex Alice.

Pour conclure, un cycle sur fond historique qui propose une conquête de l’espace et l’apparition des premiers explorateurs. Un cycle qui fait rêver et laisse libre cours à l’imagination de l’auteur mais aussi du lecteur puisque celui-ci est happé par l’intrigue et par des personnages qui gagnent en maturité grâce à leur expédition lointaine et les problèmes rencontrés…

Émeline

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s