The Curse – Marie Rutkoski

étoile 3

the-curse

Résumé officiel :

Gagner peut être la pire des malédictions…
Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la « malédiction du vainqueur » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.
Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.
Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

Mon avis :

Cela faisait des mois que j’attendais de découvrir The Curse, qui était une de mes lectures YA à découvrir en 2017. Une chose est sûre, tout comme la couverture ne fait pas le livre, le résumé non plus.

On découvre en premier lieu Kestrel, fille du célèbre général Valorian, dans une vente aux enchères. Des esclaves de la nation vaincue par son père sont exposés aux yeux de la foule avide.

Mais pourquoi parler de malédiction lorsque la jeune fille acquiert un jeune esclave ? Parce que cette dernière, en plus d’attirer sur elle dédain et ragots, ne se doute pas qu’elle causera la désolation par ce simple geste…

Arin l’Herrani et Kestrel la fille de Valorian représentent deux univers opposés, et leurs dialogues s’en ressentent. Un véritable choc de cultures et de sentiments contrastés. Arin se montre arrogant, froid et vindicatif. Son manque de reconnaissance envers Kestrel s’explique par la haine qu’il ressent pour tout ce qu’elle représente : l’envahisseur valorian, la désolation, la perte… Quant à Kestrel, elle se soucie peu de ce comportement inapproprié, bien plus préoccupée, de prime abord, par son sort : l’armée ou le mariage.
Mais petit à petit, cette non-relation évolue. Les protagonistes, malgré un contexte hostile, finissent par être liés. Quitte à ce que cette proximité soit synonyme de destruction, pour l’un comme pour l’autre. En effet, malgré les sentiments, ils doivent avant tout remplir un devoir envers leur patrie respective : Kestrel doit relever le flambeau militaire de son illustre père, tandis qu’Arin porte le poids de secrets qui bouleverseront leur avenir…

En ce qui concerne la forme, le style d’écriture, bien qu’il soit très travaillé, laisse parfois place à certaines longueurs et à un manque de fluidité qui, si on ne persiste pas, ne facilite pas toujours la lecture.

Et bien qu’intéressants, les autres personnages récurrents – à savoir le général, les amis de Kestrel, Jess et Ronan ou encore La Triche – sont bien souvent relégués en arrière sans qu’on en apprenne davantage sur eux. Il en va de même pour l’Empire valorian et l’histoire herrani : on obtient plus de réponses vers la fin du récit, ce qui est regrettable. Mais, je l’espère, cela laisse sans doute présager que la suite du récit sera bien plus mouvementée.

Malgré quelques déceptions, je n’hésiterai pas à plonger dans la suite de The Curse. Dans ce premier tome, Marie Rutkoski pose les bases d’un univers où s’entremêlent sentiments, déchirements, trahisons, stratagèmes. Certes, le résumé ne tient pas toutes ses promesses, mais n’en doutons pas : Arin et Kestrel nous réservent certainement bien d’autres surprises à l’avenir !

 

Estelle

Publicités

7 réflexions sur “The Curse – Marie Rutkoski

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s