16 Lunes – Kami Garcia et Margaret Stohl

étoile 3

ob_591713_16-lunes.png

Paru en 2009 chez Black Moon, 16 Lunes oscille entre jeunesse et young adult à l’image de son homologue vampiresque Twilight de Stephenie Meyer. Ils partagent également le fait d’être le point de départ d’une série (17 et 18 et 19 Lunes vous l’aurez sans doute deviné). Dans un soucis de ne rien dévoiler, je ne parlerai que du premier et de la thématique générale.

L’originalité, c’est que cette fois nous n’avons pas affaire à une héroïne dans toute sa fragilité humaine mais à un véritable cataclysme féminin : Lena Duchannes l’enchanteresse. Pour relever le challenge relationnel, un jeune lycéen nommé Ethan Wate qui se morfond dans l’ennui de sa petite ville du sud des États-Unis, mais qui n’en avait pas surement demandé tant (à croire que tous les auteurs du genre se sont concertés).

Prédestinés à se connaître, notamment à travers le partage de rêves et des pensées communes, on voit aisément venir la ficelle de la complicité évolutive et charnellement pas évidente (à moins de supporter des câlins à 200 voltes)…Et on y prend toujours autant goût pour ceux apprécient ce genre littéraire (coucou).

A la différence de Twilight qui pour moi met en lumière le surnaturel valeureux, 16 Lunes est plus proche d’un univers gothique ensorceleur. On y retrouve cependant cette thématique du bien et du mal avec un personnage central déchiré entre Ténèbres et Lumières. Cette problématique est par ailleurs centrale dans 16 Lunes puisque Léna est, dans le premier tome Sublimes Créatures, à l’aube de ses 16 ans (âge fatidique de sa destinée).

Comme tous ses prédécesseurs et ses successeurs, cet ouvrage s’amuse à revisiter les topos littéraires fantastiques en prenant le contre pied. Nous avons en tête les interrogations de Bella sur les cercueils face à un Edward hilare de ces clichés. Dans le même registre l’oncle de Léna, Macon, s’offusque du manque d’imagination des mortels obsédés par les vampires. Notons au passage le charisme il faut l’admettre de certains personnages comme la cousine de Lena, Ridley, une espèce d’Avril Lavigne en plus bimbo sponsorisée par Chupa Chups.

En bref cette série, loin d’être révolutionnaire, n’en demeure pas moins super plaisante à lire et tend à aller un peu plus loin concernant le tempérament des personnages qu’ils soient principaux ou secondaires. Si vous avez envie de vous évader cet été, ces livres sont tout désignés !

Julie

Publicités

11 réflexions sur “16 Lunes – Kami Garcia et Margaret Stohl

  1. cocomb3 dit :

    J’avais lu cette saga quand j’étais jeune, et je n’en garde pas un très bon souvenir ! Je n’ai pas accroché avec l’intrigue et l’héroïne ! J’ai trouvé que le film du tome 1 était incontestablement meilleur que le livre !!

    Aimé par 1 personne

    • Julie dit :

      Oui c’est vrai qu’à mon sens les deux premiers sont les meilleurs. Les suivants s’égarent de temps à autres :) Je pense qu’il y a plusieurs niveaux de lecture. Il y a l’échelle ado et l’échelle plus young adult pour le côté décalé à la limite du parodique :)

      Aimé par 2 people

  2. lilyn dit :

    Je les ai acheté mais je suis découragée quand il y a plusieurs tome ! Un jour peut-être. Je suis une grande fan de twilight (même si la saga est dévalorisée, j’aimerai toute ma vie :)), je pense que celle-ci me plairait !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s