Enquête sur le Dieu unique – Collectif

étoile 4

enquête dieu unique

Paru en 2010 aux Éditions Bayard, Enquête sur le Dieu unique est une co-écriture de spécialistes du fait religieux dirigée par Thomas Romer. Au fil des pages, les différents articles mettent en lumière les enjeux du monothéisme liés sa naissance et à son rapport aux autres cultes.

Composante idéologique des tensions géopolitiques actuelles, la pensée monothéiste est perçue comme ségrégationniste et exclusive en raison du culte d’un Dieu unique :  un Dieu « jaloux » qui considère tout autre adoration comme une infidélité ou une hérésie.

D’un autre côté, le monothéisme serait à l’origine d’un « progrès » de l’humanité en raison de la sortie du culte de la nature (associé au polythéisme) pour s’inscrire dans un rapport de force dominant avec le monde et son contenu. Il s’agit là d’un aspect discutable puisque le monothéisme est aussi associé à une sortie de la vie religieuse pour aller vers une forme de spiritualité destructrice (catastrophes écologiques etc…)

Les origine de ce terme sont très modernes, la bible n’exprime pas littéralement le concept de polythéisme et de monothéisme. Le monothéisme est un néologisme qui apparaît au 17e siècle. Nous apprenons au fil de la lecture que l’Egypte ancienne joue un rôle fondamental dans son émergence. Le Pharaon Akhenaton est considéré comme le premier monothéiste de l’humanité (Aménophis IV) qui vénère Aton le disque Solaire. On parle alors de « Monothéisme Cosmique » , idéologie royale qui préfigure les futurs rapports de nos rois de droit « divin » avec Dieu.  Le monothéisme biblique se manifeste 8 siècles plus tard.

Les débuts du monothéisme sont difficiles à définir, mais ce qui est sûr c’est qu’il ne débute pas avec Moïse. La religion d’Israël et de Juda ne se distingue guère de celle de ses voisins durant la 1 ère moitié du millénaire av JC. Cependant, la destruction de Jérusalem en 587 et le démantèlement des structures étatiques du royaume de Juda sont le point de départ du monothéisme biblique.

Pour terminer, une réflexion est menée sur la difficulté de penser le monothéisme. Cela reviendrait à se poser de multiples interrogations qui vont à l’encontre de l’aspect transcendant de la figure unique. La question de la médiation est certainement l’une des plus importantes à laquelle la religion chrétienne apporte une réponse : la réincarnation de l’esprit de Dieu en Jésus de Nazareth. Cet ouvrage conviendra parfaitement pour ceux qui comme moi ne sont pas des spécialistes de la religion. L’écriture, simple et aérée, ainsi que le format article permettent d’éviter l’overdose.

Julie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s