Cette nuit la liberté : Gandhi n’est pas seulement une icône, il est l’avenir

Bonjour à tous,

Alors que je vous écris cette chronique, nous sommes encore le samedi 22 avril 2017. Selon ma montre, dans 1h45 nous ajouterons une date dans l’histoire politique de notre pays. Mais nous ne sommes pas un blog d’influence ; d’autant que des œuvres comme Cette nuit la liberté de Dominique Lapierre et Larry Collins savent si bien parler à notre place.

Cette-nuit-la-liberte.jpg

Aujourd’hui je souhaitais prendre un évènement aussi lointain qu’important : L’indépendance des Indes. Comme disait notre bien aimé Nietzsche « L’homme de l’avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue ». Vous avez désormais ma citation favorite. Août 1947, l’Inde est à son climax historique et s’apprête à se réveiller sur une terre émancipée, une terre libérée. Les débats existentiels anxieux de la couronne Britannique n’ont pas eu raison d’un peuple, dont les aspirations à échapper à une politique tutélaire se répandaient comme une trainée de poudre. Mais comment tout cela est arrivé ? Comment, face à une puissance omniprésente sur mers et océans, un pays à ses prémices de développement a pu s’affirmer ? Nous sommes à l’époque où le paysage politique contient des figures diplomatiques qui n’ont rien à envier de notre époque : Churchill, Louis de Mountbatten…Mais aussi à l’époque où émergent des leader politiques et idéologues déterminants comme Jinnah à qui nous pouvons attribuer le rêve musulman pakistanais. L’Inde se trouve alors prise entre les feux brulants indépendantistes, et les braises anglaises qui s’éteignent lentement, très lentement, trop lentement.

Mais ce livre n’est pas seulement cette histoire. À la lecture de ces presque 800 pages nous réalisons que ces deux tensions parallèles possèdent quelque chose en commun : un vieil homme que l’on pourrait penser utopique, habité, fou, téméraire, insoumis…oui les qualificatifs ne manquent pas pour parler de Gandhi. Je ne reviendrai pas sur son histoire, libre ou carcérale, dans la terre battue ou le béton londonien, vêtu d’un pagne ou d’un costume qu’il n’a jamais su porter avec indifférence, tout comme l’obscurité de ce monde. Mais j’aimerais cependant dire que ce livre va au delà du simple combat classique de Gandhi. On y voit non seulement la lutte pour l’Inde, mais aussi une lutte avec lui même.

Pourquoi ce livre me semble important aujourd’hui. Tout simplement parce qu’au delà de la plume extraordinaire il est l’histoire du renoncement pour une cause universelle. Renoncement aux aspirations matérielles, renoncement à la chaire, renoncement à la violence, renoncement à l’argent…renoncement à tout ce que nous considérons comme les clés du pouvoir actuel. Et pourtant, sans s’encombrer de ce qui est devenu dans notre civilisation non plus un moyen mais un but, cet homme parvient à faire germer une graine dans chaque village, dans chaque esprit. Il a fallu d’un homme et de sa foi pour qu’un pays accède à la liberté. Ce n’est pas une liberté parfaite, ce n’est pas une liberté apaisée, mais cela reste l’obtention d’un souhait collectif, un souhait qui en France paraît si lointain dans nos livres d’histoire. On ne fait pas le tour de ce livre en une chronique…

Mais je souhaitais partager ce que j’en ai retenu en ce jour si spécial. On semble penser que nous sommes dans un monde où l’on se bat contre des forces qui transcendent tout, qui nous échappent ou ont toujours un temps d’avance. Que même nos dirigeants n’y peuvent rien, que nous sommes prisonniers de notre propre civilisation. Si cela est le cas dans votre esprit, pensez à cet homme, dont le peuple est contrôlé par un monde lointain, avec lequel il ne partage pas les mêmes paradigmes. Pensez à cet homme qui sans aucun moyen de communication moderne a pu répandre un idéal pour sa nation, qui a soulevé les élans aux quatre coins de ce pays si immense. Pensez à cet homme qui a fait abnégation de tout ce dont nous aspirons dans cette vie pour le bien commun. La providence n’est pas un idéal, ce n’est pas une légende urbaine, et cet ouvrage se lance dans la vaste entreprise de nous le rappeler.

En vous souhaitant de bonnes élections,

Julie

Publicités

Une réflexion sur “Cette nuit la liberté : Gandhi n’est pas seulement une icône, il est l’avenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s