Magic 7 t1 : jamais seuls – Toussaint, Quattrocchi, La Barbera

test-c3a9toiles

8d0988glrxlo7n5jml16e9pry3q9guqe-couv-1200

Résumé officiel : Ils sont sept. Sept jeunes mages aux pouvoirs immenses. Ensemble, ils peuvent sauver le monde…ou le détruire ! Mais pour l’instant, leur mission principale est d’arriver à l’heure à l’école.

Ma chronique : Tout d’abord, merci à Lecthot et aux Éditions Dupuis pour l’envoi ! Je connaissais l’histoire pour avoir lu quelques chapitres dans Spirou, mais j’étais bien contente de pouvoir recevoir l’album.

Cette BD se démarque je pense par son originalité. J’ai été tout de suite conquise par l’histoire et par la diversité des pouvoirs des enfants, notamment celui de Léo, qui me fait beaucoup rire. En effet, il peut convoquer n’importe quel fantôme : selon ses besoins il peut discuter avec Diogène en passant par le célèbre Nikola Tesla. Dans ce tome, nous rencontrons également Hamelin, qui lui, parle aux animaux grâce à des instruments plus ou moins…extravagants. Enfin, ils se lient d’amitié avec Farah, qui est démoniste, mais je vous laisse découvrir les spécificités de ses pouvoirs.

Une crainte que l’on peut avoir lorsqu’on a plusieurs personnages principaux c’est que l’histoire se concentre sur un seul en délaissant les autres. Mais ce n’est pas le cas ! Je trouve que les backgrounds de chacun sont bien développés – plus celui de Léo dans ce tome – et laissent évidemment une énorme part de mystère pour les tomes suivants. Comme l’indique le titre, ils ne seront pas que trois et sont visiblement destinés à de grandes choses. L’histoire jongle bien entre un côté dramatique/sérieux et un côté plus léger. En effet, avant d’être des mages, ce sont avant tout des jeunes adolescents, avec des problèmes d’adolescents. Nouvelle école, nouveaux amis, nouveaux sentiments, ce n’est pas facile tous les jours. Ce côté un peu décalé entre deux mondes entraine de nombreux gags assez drôles !

Enfin, j’aime beaucoup le style de dessin utilisé, notamment le travail des couleurs, qui sont assez vives. Cela donne un côté très dynamique et très expressif au dessin, et donc à l’histoire.

Ainsi, j’ai lu d’une traite cette BD, tant les pages se tournent toutes seules. C’est une véritable bouffée d’air frais avec des personnages haut en couleur et diversifiés. Le tome 1 est toujours assez décisif pour ce genre de BD, car on sait rapidement si l’intrigue fantastique va tenir la route ou pas. C’est un pari réussi pour celui-ci, puisqu’elle est amenée de manière très fluide, et dès la fin du tome 1, le lecteur est laissé avec encore plus de questions. Totalement conquise, je pense m’acheter le tome 2 très prochainement !

Aurore

Publicités

2 réflexions sur “Magic 7 t1 : jamais seuls – Toussaint, Quattrocchi, La Barbera

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s