The Revolution of Ivy – Amy Engel

étoile 4

51ltyXM-3AL._SX331_BO1,204,203,200_

Le 1er Mai 2016, j’ai eu l’honneur d’inaugurer le bal des chroniques d’Acciolivres avec The Book of Ivy. Souvenez-vous, ce livre avait été un véritable coup de cœur ! Aujourd’hui je vous fais part de mon impression concernant l’ultime tome de ce diptyque : The Revolution of Ivy. Comme le précédent, ce livre a été publié en VO chez Entangled Teen et en VF chez Lumen éditions.

Ivy a tout perdu : sa famille, son mari, sa place dans la société.

La voilà au-delà de la barrière tant redoutée avec pour seule allié, elle même. Telle une bête sauvage, elle est prête à se battre pour enfin vivre pleinement. Elle va devoir s’adapter à un environnement hostile et trouver des alliés afin de survivre à l’hiver glacial qui approche. Mais parviendra-t-elle à oublier qui elle était ? Quand le passé refait surface subitement, Ivy sort la tête de l’eau. Finit les complots et autres trahisons, la place est à la révolution désormais et Ivy est plus que presque à allumer le feu aux poudres et à tout saccager pour offrir la liberté tant convoitée par le peuple.

« Beyond the fence », le seul mot d’ordre est de survivre ! Ce second tome apparaît beaucoup plus sombre que le premier – on découvre la vie au-delà de la barrière, qui se révèle dure mais également plaine de surprises. Certes Ivy ne va pas se faire que des amis (sinon ce n’est pas drôle), on retrouve notamment un personnage apparut dans le premier tome et toujours aussi incontrôlable et effrayant. Cependant, l’héroïne va faire la rencontre de personnes exceptionnelles et altruistes – c’est toute une communauté qui s’organise dans ces bois, pour survivre aux rudes hivers.

Si Ivy apparaît toujours aussi gentille envers sa famille, alors que celle-ci l’a tout simplement abandonnée à son sort misérable, elle prend néanmoins (enfin!) ses propres décisions et pense à elle avant tout. Le personnage de Bishop reste fidèle à lui-même malgré l’ambivalence des sentiments de sa bien-aimée. Il apparaît tel un chevalier venu la secourir (ou pas). Tout deux ont un gros travail à faire sur eux-mêmes avant d’établir une confiance qui pourrait dépasser tous les obstacles. On les voit évoluer et devenir de vrais adultes, prendre leurs propres décisions et instaurer un quotidien qui leur ressemble.

La notion de famille et de loyauté est remise en cause et questionner. Qu’est ce que la famille ? On dit souvent qu’on ne choisit pas sa famille mais bien ses amis. Or Ivy semble s’être trouver une nouvelle famille derrière cette barrière mystérieuse et finalement elle appréhende ce monde sauvage avec pédagogie.

Brutale retour à la réalité dans les derniers chapitres. Cependant je trouve que Amy Engel a su conclure son diptyque – elle donne une vraie fin à ses personnages torturés et incapables de tous vivre ensemble. Elle offre notamment la liberté au duo de choc que forme Bishop et Ivy, qui voguent vers de nouveaux horizons. Les héros restent fidèles à eux-mêmes et à leurs valeurs, à leurs principes. Les deux nouveaux personnages, introduits dans ce dernier tome, offrent une fraîcheur à l’histoire mais également une sensibilité qui permet à Ivy de se forger sa propre identité et de se délivrer des plans machiavéliques de sa propre famille.

La conclusion de cette duologie se révèle être l’ère des grandes questions et des choix prépondérants, non seulement pour nos personnages mais aussi pour toute l’Histoire de Westfall.

Emeline

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s