Chronique thématique : L’après attentats.

J’ai eu l’occasion de lire deux œuvres qui relatent la reprise de la vie après des attentats. Ceux qui sont mis en scène sont les attentats de Charlie Hebdo (janvier 2015 – Charlie, 17 ans : Sous la vague Charlie Hebdo de Nina Frey) et les attentats de Paris (novembre 2015 – Vous n’aurez pas ma haine d’Antoine Leiris). J’ai eu la curiosité de m’y pencher et je n’ai aucun regret, au contraire.

Vous n’aurez pas ma haine d’Antoine Leiris (éditions Fayard – 2016)

9782213701295-001-x_0_1

Ce récit d’Antoine Leiris relate sa vie et celle de son fils âgé de quelques mois suite aux attentats de Paris et plus particulièrement du Bataclan. Sa femme y est décédée. Vous n’aurez pas ma haine est un livre qui fait suite à la lettre du même nom publié par Leiris au lendemain des attentats.

Les premiers chapitres sont forts en émotion. C’est un retour à cette soirée tragique qu’était le vendredi 13 novembre 2015. Leiris emploie des mots simples mais poignants – il a le courage de poser des lettres, des mots sur ce qu’il ressent. C’est un réel retour en arrière – beaucoup se reconnaîtront dans ces premières pages. L’attente, la peur, le soulagement, la peine, la tristesse, l’impression que le monde s’écroule. Pour les plus sensibles, les larmes nous montent aux yeux parce qu’on se souvient de cette soirée et des jours voire des semaines suivantes où le temps semblait s’être arrêté.

C’est un livre à lire – un témoignage poignant d’un père qui tente d’assurer un rôle maternel dont il n’avait pas l’habitude. Il tente de se reconstruire tout en essayant de garder un cadre structuré pour son enfant. Une des scènes les plus émouvantes est lorsqu’il doit lui dire que sa maman ne reviendra pas… C’est la pire chose qui peut arriver au monde pour un enfant ; cette mère qu’il connaît à peine mais qu’il aime tant, qui l’a porté, n’est plus de ce monde et il doit apprendre à vivre sans.

Le soutien de l’entourage est émouvant, réconfortant peut être. Les autres mamans sont là pour l’épauler, assurer ce rôle qu’il a tant de mal à assumer. Le train de vie qu’il a mené jusque là a été chamboulé ce vendredi 13 novembre 2015. Il doit retrouver un semblant de cadre de vie sans la femme qu’il aime, sans la mère de son enfant. Mais elle est toujours là, à veiller sur eux, auprès d’eux.

Vous n’aurez pas ma haine est une jolie déclaration d’amour ; ceci reste bien sûr mon propre avis – je sais que certains n’auront pas le même point de vue concernant un sujet aussi délicat.

Charlie, 17 ans : Sous la vague Charlie Hebdo de Nina Frey (2016) – roman

51BP4iNDa6L._OU08_AC_UL320_SR226,320_

Ce roman relate les différentes réactions de jeunes d’un lycée parisien lors des attentats visant Charlie Hebdo et l’Hyper Casher.

Charlie a dix sept ans. Alors qu’elle et ses amis s’apprêtent à passer leur bac blanc en vue de l’examen officiel, un drame arrive. Via leurs smartphones, ces lycéens apprennent la nouvelle des attentats de Charlie Hebdo et la fuite des terroristes. Chacun a sa manière de réagir ; on observe une palettes de réactions : la tristesse, le choc, l’indifférence…

Nina nous présente son premier roman et pour cela, elle aborde un sujet sensible qui a choqué toute la France. L’œuvre alterne deux points de vues : Charlie dont le prénom est sur toutes les lèvres et Sami, jeune musulman qui doit affronter la haine de certains de ces camarades. Je trouve qu’avoir les deux focalisations est un plus : on a deux visions différentes de la réaction du peuple français face à l’événement.

Nous sommes plongés au cœur de cette jeunesse qui cherche son identité, qui veut la forger et dont le monde se trouve ébranler par des actes barbares. Ces jeunes se posent de multiples questions et veulent des réponses. Ils tentent de les trouver lors d’une scène émouvante et les célèbres manifestations : celles du 10 et 11 janvier. Ces marches républicaines qui rassembler les français.

Charlie, 17 ans : Sous la vague Charlie Hebdo est un roman touchant. On se trouve des points communs avec le personnage de Charlie, notamment l’incompréhension. Le point de vue de Sami est également intéressant afin d’avoir l’opinion d’une partie de la population qui se trouve marginalisée depuis ces événements. C’est un témoignage apolitique qui rend compte d’une jeunesse perdue en quête de son identité et de ses valeurs. On assiste à une véritable remise en question des valeurs de la République Française.

Le site de Nina Frey pour les curieux !

Émeline

Publicités

3 réflexions sur “Chronique thématique : L’après attentats.

  1. Nina dit :

    Chère Emeline, avant tout, je suis toute chose de me trouver aux côtés d’Antoine Leiris :) Un immense merci pour cette belle chronique, l' »Après » est un sujet essentiel.
    Très belle idée de mettre en regard deux romans traitant des sujets douloureux que sont les attentats, le besoin de dire l’émotion et d’avancer.
    Je suis très heureuse de lire des mots qui me tiennent à coeur dans ta chronique : l’identité, la recherche de valeur… Ravie aussi que la marche t’ai plu, un moment fort, et une écriture en partie tirée de mon expérience.
    Merci encore, à très bientôt pour d’autres romans et découvertes littéraires,
    xxx Nina

    Aimé par 1 personne

    • AccioLivres dit :

      Hello!
      Je suis ravie que la chronique te plaise :) Tu as écris un super roman qui mériterai, je pense, plus de visibilité !! J’ai vraiment apprécié la part de toi même et de ton expérience qui y est intégré. Cela rend les choses plus prenantes et plus réelles encore!

      Hâte de lire ton prochain livre ;)
      Emeline

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s