We were liars – E. Lockhart

test-c3a9toiles

16143347

We Were Liars est un roman écrit par E. Lockhart et publié en VO chez Hot Key Books (2014) Puis en VF aux éditions Gallimard Jeunesse (2015) sous le titre Nous les Menteurs. Cadence ; Cady, notre narratrice interne, nous raconte son histoire. Ses étés passés sur l’île familiale, l’île des Sinclair. C’est l’histoire d’une famille déchirée, de personnages qui tentent de reprendre goût à la vie, de comprendre la vie, la société, le déroulement d’événements quotidiens.

À la suite d’un accident, Cadence a des trous de mémoire et elle veut combler les blancs à sa façon. Elle tente de se souvenir de l’été de ses quinze ans ; de comprendre pourquoi personne ne veut parler de son accident, de cet été là, pourquoi ses cousins se sont éloignés à ce point, les personnes qui lui sont alors le plus cher.

Ma réaction en lisant les premières pages fut « Trop bizarre ». J’ai d’abord été décontenancée par le personnage principal. Ensuite mon impression a déviée. Je suis passée par plusieurs stades de (in)compréhension : « bizarre » ; « mais qu’est ce qui se passe ? » ; « oh mon dieu ! ». Petites explications :

Si en ce moment beaucoup de livres semblent traiter du même sujet : une famille riche dont les membres sont déchirés à cause de sombres secrets ; des jeunes adolescents qui testent leurs limites… We Were Liars sort du lot. Certes les éléments cités plus haut y ont leur place mais on est plongé dans l’envers du décor. Le lecteur est projeté au premier plan avec l’utilisation de la focalisation interne et se retrouve à la place de Cady. Il tente lui aussi de restituer le fil des événements, de comprendre le comportement de certains personnages, de découvrir ce qu’il s’est réellement passé durant cet été là. On est plongé littéralement dans la tête de Cadence, on avance avec elle, on recule avec elle, on se pose les mêmes questions, excepté que parfois le personnage semble un peu niais et peut taper sur les nerfs. On veut découvrir le fonctionnement de cette famille, la personnalité de chacun…

La fin est d’un grand étonnement, c’est un véritable climax, un twist auquel le lecteur ne s’attend pas. L’auteure a su nous surprendre agréablement ! Et finalement, en y repensant tous les indices étaient là pour annoncer la fin des événements, le lecteur n’y a juste pas fait attention trop concentrée de la retour de mémoire de Cadence. Les derniers chapitres sont chargés en émotion et les plus sensibles y verseront leur petite larme. C’est un roman dramatique.

Un tragédie s’abat sur cette famille en apparence si lisse, si droite, si parfaite et pourtant chaque membre est torturé émotionnellement, personne n’est épargné. La question finale est celle-ci : Comment rester unis devant un tel drame ? Comment vivre avec une telle tragédie sur la conscience ? Parce que oui Cadence doit reprendre goût à la vie, elle doit réapprendre à vivre et à aimer, à posséder, à jouir des petits plaisirs que la vie offre malgré tout…

Émeline

ENGLISH VERSION :

A beautiful and distinguished family.
A private island.
A brilliant, damaged girl; a passionate, political boy.
A group of four friends—the Liars—whose friendship turns destructive.
A revolution. An accident. A secret.
Lies upon lies.
True love.
The truth.

My opinion :

At the moment a lot of books are dealing with the same subjects : a rich family whose members are torn because of dark secrets ; young teenagers who are testing their limits… We were liars get out of the ordinary. It makes the difference. We are immersed in the back of the setting.

The reader is projected in Cady thanks to the internal point of view. He tries to understand what happened and why the characters are acting like that. I was asking myself the same questions as Cadence did. Her character is really interesting but sometimes unbearable.

The book becomes a real investigation to fill the memory gaps of Cadence. At the end of the novel we have a real climax, a twist unexpected ! This is surprising and if you re-read the story closely you will see the clues…

A tragedy falls on this family in appearance so smooth, so straight, so perfect but each member is tortured emotionally, no one is spared.

How to be united in front of such a drama ? Cadence has to learn how to live again, to love again and to enjoy the little pleasures that life offers despites everything.

Publicités

7 réflexions sur “We were liars – E. Lockhart

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s